Bienvenue sur le site Web de l'I.P&M

Contenu Principal

Colloques 2019

Journée de Recherche en association avec ICHEC Brussels Management School > "  Appel à Communications "

>> Télécharger l'appel à Communications > "  JR ICHEC Juin 2019 "

Vœux pour l’année 2019

Cher(e)s Adhérent(e)s, Collègues et Ami(e)s ;

Bonjour ;

Pour les vœux de cette nouvelle année 2019, et comme chaque nouvelle année, nous vous proposons un texte inédit.

La pensée en diptyque !

Le verbe « penser » trouve son origine dans le mot latin « pensare » signifiant peser, juger, et dans le mot latin « pendere » caractérisant son aspect lexical itératif. Cette caractéristique lexicale souligne la réflexivité.

La pensée désigne l’activité psychique consciente relative à l’activité affective et intellectuelle. Le mot « pensée » caractérise une unité lexicale dont la frontière entre la lexie et le signifiant est floue. La signification spécifie la faculté de connaître et l’activité qui en est à l’origine, dont la réflexion, l’abstraction et le travail réflexif. Par extension, elle désigne la manière de penser quelque chose à l’aune de ses idées. La conscience établit la relation avec soi et entre soi et le monde. La relation entre la pensée et la conscience est d’ordre métonymique. Avec soi, le sujet développe la capacité à être le sujet de sa propre expérience consciente (cf. conscience phénoménale, sous réserve de son acception au travers du concept de l’intentionnalité qui la spécifie comme séparable). C’est l’infrastructure de la subjectivité et de la réflexivité, à partir de laquelle il peut enrichir son expérience d’être dans et avec le monde.

Les pensées caractérisent plus généralement les représentations consécutives de l’activité de pensée, à l’aune des interprétations. Par extension, elles désignent un ensemble de réflexions élaborées par un auteur.

La pensée vise plus largement à produire une forme perceptible mentalisée actionnable en communication par le moyen d’idiomes traversant le langage, l’écriture, le dessin, la musique…, et toute activité contribuant à sa transmission, relative à l’expression des sens et des talents... Cependant, à la base, « penser », c’est avant tout « se représenter » en élaborant des représentations à partir d’interprétations.

La pensée est le sujet de la coupure de la conscience d’avec l’inconscient (1ère topique freudienne). Cette coupure a une influence sur nos attitudes et sur nos comportements, corrélativement sur l’acquisition du savoir et sur la création de connaissance, dans la mesure où elle établit un rapport entre ce qui est désirable et ce qui ne l’est pas, rapport lui-même assigné via les instances du Moi, du Surmoi et du ça (seconde topique freudienne). Cette coupure distinguant les deux instances du conscient et de l’inconscient a été théorisée par S. Freud comme instance pour penser le sujet comme sujet de l’inconscient d’une part, pour conférer à la psychanalyse son autonomie théorique et clinique d’autre part, au regard de la distinction des mécanismes psychiques à l’œuvre. Cela en dépit des critiques de la théorie de l’inconscient, dont la critique de J.P. Sartre (1943) qui trouve bizarre que l’on puisse connaître des mécanismes dont on n’a pas conscience… et proposer une psychanalyse concurrente dite existentialiste postulant que notre conscience ne s’éclaire que dans le rapport à l’avenir ! C’est deux conceptions radicalement différentes du déterminisme de la liberté qui s’opposaient en fait…

On peut aussi citer ce que S. Freud (1896) a appelé les rejetons de l’inconscient, à savoir des représentations conscientes qui se substituent à des formations inconscientes (cf. formations substitutives). La psychanalyse instruit à cet égard la théorie des représentations et des interprétations. Pourquoi contester cette autonomie théorique dans le champ des sciences de la psyché, conférant à la psychanalyse son statut théorique propre, tandis qu’on l’accepte dans le champ des sciences médicales, mais aussi en sciences économiques, en sciences de gestion pour leurs différentes disciplines ou au titre des spécialités, pour se reposer ensuite la question de leurs reconnexions... pire encore lorsque la pensée s’arrime dans le dualisme aristotélicien… Il y a comme une bizarrerie… qui introduit à la nécessité de mieux éclairer les rapports d’oppositions. Ce fragment de texte, qui vous est proposé, fournit un tableau de la pensée à cet égard, caractérisant un cheminement de celle-ci éclairée dans le registre de la conflictualité au regard de son essence énantiologique. Cette perspective contribue à en déplacer les frontières dans le registre de l’intersubjectivité pour une application en management et en conduite du changement.

Les résistances sont légitimes lorsqu’elles relèvent d’un arbitrage en conscience du sujet, quelques soient leurs degrés de liberté et leurs attributions, subjectives, relatives aux croyances, aux certitudes... Conscientes ou inconscientes, elles relèvent aussi de la carence introspective et toujours de ce qui de l’autre encrypté en nous est insupportable (C.G. Jung, 1964) que les épistémès sont susceptibles d’entretenir. Se transformer est légitime ; vouloir transformer l’autre en tant qu’il est sujet de… assigne une violence et donc tôt ou tard une réaction… À l’aune de cette fragmentation des instances psychiques, caractérisant une explicitation intelligible et une hypothèse largement validée par l’observation même du fait qu’il existe bien une barrière, l’instance du sujet conscient est le Moi. Les mécanismes de défense inconsciente confèrent un statut de contenu à ce qui fait l’objet du refoulement et retiennent les contenus dans l’inconscient. Toutefois, ce qui reste des pensées immatures ou indicibles qui ne sont saisies que par leur valeur en soi peut l’être au travers des relations à l’autre (évacuation par projection), contribuant à la transformation de certaines en éléments de pensées (cf. travaux de W. Bion et de M. Klein). Bion indique à cet égard que la capacité de penser dépend de la capacité à transformer en pensées ce qui est l’objet de manques, de frustrations, de déplaisirs, de souffrances. La pensée s’élabore dans la relation dynamique entre un contenu et un objet qui sert de support à leur élaboration d’une part, elle-même organisée par la relation dynamique entre les positions paranoïde-schizoïde et dépressive d’autre part.

Le pas avec l’acte inconscient est souvent largement franchi. L’acte irréfléchi, impulsif, impensé… n’est pas l’acte prémédité. Il peut être d’ordre pulsionnel, pathologique, délictuel ou criminel. Cependant, plus largement une forme d’inconscience morale règne au sein des sociétés, ainsi que l’actualité nous le montre, à propos de la transition écologique, de la misère économique, sociale, voire culturelle, mais aussi des choix politiques au regard des ancrages inconscients. De façon métonymique, on peut suggérer que le regard à penser, peser, juger… Il a pris position, mais il a aussi dénié, jeté dans l’indifférence, dans l’ignorance, dans le mensonge, dans la dénégation, dans l’oubli. Cette attitude participe à la reproduction de l’ordre établi et à la marginalisation de la pensée critique. Elle se garde bien de mettre à l’épreuve la pensée embarquée (Garo, 2009). Ce qui est en cause, souligne l’auteur (Ibid.), c’est le mode de production des idées, la pensée embarquée révélatrice des idéologies.

Le dépassement du mur de l’obscurantisme, voulu au Siècle des Lumières par les idéologues Antoine Destutt de Tracy, Pierre Jean Georges Cabanis (dit de Cabanis), Constantin-François Chassebœuf de La Giraudais (comte de Volney) en constituerait-il sa propre buttée ? Le gueux de Ferney (Voltaire) écrivant pour agir (1767) fût même embastillé pour ses idées. Depuis, l’idéologie du contrat n’y a rien changé… dès lors qu’elles en constituent son substrat.

Les idéologies ne meurent jamais (R. Kaës, 2016[1980]). Elles mettent le sujet à l’épreuve de la dissonance cognitive en première approximation. Mais une pensée dans le registre de la conscience en cache parfois son essence dans le registre de l’inconscient qui assigne l’autre que soi-même à sa destination en clivant la pensée dans sa charge oppressive, caractéristique des positions archaïques défensives liées dans les alliances inconscientes. Ce qui se laisse entrevoir est ce qui se clive en tant que chacun en est le sujet… que fournit d’ailleurs le soutien de-plus-d’un-autre (Ibid.) de part et d’autre des coalitions.

Il faut en mesurer la portée pour le management et pour le fonctionnement des organisations. Le sujet est divisé, à son insu, quand bien-même le soutien de de-plus-d’un-autre, sujet du conflit psychique (intrapsychique chez Freud, conflictualité plus largement) également à son insu. Déjà à la base, le contrat divise. Le collectif (sujet de l’intersubjectivité) a d’ailleurs ses limites qui sont celles du soutien de de-plus-d’un-autre. Les liens intersubjectifs organisent des coalitions. L’élaboration de la signification fragmente la pensée entre le dit et le non-dit, selon que le sujet admet ou non des exigences non conformes à ses motions et accumule consécutivement des frustrations. C’est cette fragmentation de la pensée qui est « remaniée » dans le travail de (et en) intersubjectivité contradictoire (H. Savall et V.  Zardet, 2004), soutenu par un travail en interactivité cognitive (Ibid.) pour traiter les problématiques de dissonance cognitive. Ce remaniement passe par la négociation. Un alignement et un accord ne se construisent néanmoins que sur de la connaissance nouvelle créée par les acteurs eux-mêmes dite connaissance générique (Ibid.).

Le non-dit divise le sujet, le dit d’une part, le non-dit d’autre part, parfois la falsification du dit (cf. hypocrisie organisationnelle). Cette division organise la résistance des consciences, parfois introduit la perversion dans le management, qui s’installe comme infrastructure du fonctionnement des organisations et de leur management, puisque chacun cherche à obtenir gain de cause (cf. les intérêts, l’évacuation des frustrations, et donc les conflits). C’est toujours d’en passer par l’autre, de remettre en jeu les identifications et les idéalités de part et d’autre de chacun, que surgit le collectif, sous réserve que la négociation ne soit pas perverse, qu’elle institue la confiance. La négociation est souvent une arme à double tranchant. Lorsqu’elle défend radicalement, en fait, elle laisse libre cours au jeu des mécanismes de défense inconsciente. Être écouté et entendu, c’est ce que chacun attend à minima dans la négociation. Cela est vrai aussi au niveau politique. Tout clivage conduit tôt ou tard à la catastrophe, puisque toute bifurcation maintient ou aggrave le clivage. Pour coopérer, il faut se rencontrer…

Les managers, les gouvernants, généralement ou souvent eux-mêmes des subordonnés d’ailleurs, et par analogie la gouvernance et le management, sont régulièrement invités à y réfléchir d’une manière ou d’une autre lorsqu’ils sont confrontés aux épreuves. C’est du moins ce qui est largement professé…

Dans son domaine, le management pense ses propres conceptualisations et/ou méthodes. Soumettons néanmoins l’idée que les dispositifs du management contribuent au développement de la capacité à penser, en laissant libre cours à la pensée critique, plutôt que de la cristalliser… Il y a lieu à cet égard de donner du temps pour la pensée de détail (C. Baudelaire, 1906 ; R. Char, 1946), du temps pour la liberté de détail (S. Tesson, 2015), du temps pour faire la place de « l’étui de vérité » (R. Char, 1946)… mais aussi faire la place à la dignité de penser (R. Gori, 2013), faire la place à la pensée créative impossible sans introjection pulsionnelle des possibilités et des renoncements (D. W. Winnicott, 1963, 1965) si largement sollicitée au sein des organisations, car l’impossible nous sert de lanterne (Ibid.).

Certes, de la créativité à la création, il y a un pas dont le franchissement dépendra de la qualité et de l’efficacité du management, y compris de sa théorisation. On retient des travaux de D.W. Winnicott que la créativité trouve son expression lorsque la représentation permet de se délivrer des résistances inconscientes et que la pensée pourra éprouver en constatant que l’objet est trouvé. Il y a transformation si l’objet est intégré ainsi que son altérité (C. Bollas, 1979). J. Piaget (1977[1936]) l’a également signifié avec les processus d’assimilation et d’accommodation pour établir un rapport à l’exercice de l’intelligence… dans les limites néanmoins de l’emprise des méthodes, des dispositifs et des instruments.

La méthode et ses prédicats ne sont néanmoins d’aucun secours si les dés de l’intentionnalité sont pipés et si la méthode devient un instrument de falsification… À ces conditions, l’engrenage fait le lit de l’interdit de penser… et dans le même temps ouvre celui de la vérité qui s’échappe (J. Lacan, 1969-1970).

Au-delà, il nous reste à souligner que le développement de l’usage des Technologies de l’Information et de la Communication exercera une emprise sur le développement de la capacité à penser. L’algorithmique fera de nous des sujets de la résolution de problèmes algorithmiques. Il s’agira notamment de déduire nos pensées, de prédire et de prescrire nos comportements - c’est déjà une réalité avec le produit commercial Google Adsense - nous serons sans doute confrontés à un diptyque à trois faces… y compris pour le management des organisations qui trouvera, lui aussi, un marché pour des marchandises fictives (Polanyi, 1944)… un défi pour Psychanalyse & Management puisque c’est la question de la possibilité de la transmutation du sujet  de l’inconscient qu’il faut explorer…

Au nom des membres du Conseil d’Administration et du Conseil Scientifique de l’I.P&M, je vous adresse mes vœux de bonne année pour 2019…

Daniel Bonnet

Président de l’I.P&M

Télécharger le texte : "  Vœux 2019 "

====================================================================================================================================

L'IP&M se présente ...

L'I.P&M est une association scientifique et académique reconnue contribuant au développement de la recherche psychanalytique dans le champ du management des entreprises et des organisations. L'adhésion à l'I.P&M est ouverte à toutes les personnes dont la démarche de réflexion et d'action questionne l'articulation entre le champ théorique et (ou) clinique de la psychanalyse, et le champ de leur discipline (Sciences de gestion, Sociologie des organisations, Science de l'information et de la communication...), en regard de leur domaine de compétence (management, organisation, gestion, marketing, communication, technologies de l'information...). L'I.P&M permet ainsi à différents publics de se rencontrer, chercheurs et enseignants-chercheurs, professionnels des métiers du conseil (consultants, coachs), professionnels du management (dirigeants, cadres, directeurs et responsables de la gestion des ressources humaines ...), professionnels des métiers de la psyché (psychanalystes, psychologues, psycho-sociologues, psychothérapeutes, médecins, psychiatres...), étudiants...  lors des événements que l'association organise (colloques, journées de recherche, séminaires...). L'adhésion est ouverte à toute personne qui se sent particulièrement concernée par un travail de réflexion et d’échange à cette articulation.

Colloque de Marbourg, anonyme, gravure sur bois, 1557

 

Contactez-nous

logo.png
06-07-34-26-92

Réalisation eGuildeTechnologie XWikiDéveloppement SOFTEC